Archives de 20 août 2015

A moins que vous n’essayiez de tomber enceinte, avoir vos règles est à la fois une bénédiction et une malédiction. D’un côté, vous devez supporter les crampes, les ballonnements, les sautes d’humeur. De l’autre, vous êtes sûre que vous n’êtes pas enceinte !

Par-contre, le fait de ne pas avoir vos règles, alors qu’un bébé n’est pas dans vos projets, peut vous faire paniquer. Pourtant, d’autres facteurs peuvent en être à l’origine. Le docteur Alyssa Dweck, co-auteur de V is for Vagina, les énumère ci-dessous.

Une perte de poids importante ou un excès d’exercice physique
«Ce sont des raisons assez fréquentes, explique le Dr Dweck. Si votre IMC descend rapidement en-dessous de 18 ou 19, vos règles peuvent s’arrêter. L’IMC n’est pas le seul facteur. L’anorexie et la boulimie peuvent aussi stopper vos règles. »

Un exercice physique important, tel un entraînement intensif en vue d’un marathon par exemple, peut également provoquer une disparition des règles.

Comme l’explique le Dr Dweck, « C’est le moyen qu’a la nature de vous empêcher de tomber enceinte quand votre corps subit un stress extrême. Votre corps empêche l’ovulation, si bien que vous avez un taux d’œstrogène faible, par conséquent, vous n’avez pas vos règles. »

Le stress
Un évènement effrayant survenu dans votre vie peut provoquer une aménorrhée hypotalamique. « C’est dans cette partie particulière du cerveau, l’hypotalamus, que se trouvent plusieurs hormones qui régulent vos règles, explique le Dr Dweck. Cette zone est très sensible au stress. Donc, si vous devez gérer un grand chamboulement, un décès familial, une rupture amoureuse ou tout autre évènement qui vous affecte, cela peut provoquer une aménorrhée. »

Un dérèglement de la thyroïde
La glande thyroïde, située dans le cou, régule notre métabolisme. Elle interagit aussi avec de nombreux systèmes de notre corps qui lui permettent de fonctionner harmonieusement. « Si vous souffrez d’un déséquilibre thyroïdien, qu’il s’agisse d’hypo ou d’hyperthyroïdie, cela peut avoir des répercussions sur vos règles », affirme  le Dr Dweck. Si vous ressentez des symptômes d’un dérèglement de la thyroïde, consultez un médecin.

La polykystose ovarienne
La polykystose ovarienne, ou syndrome de Stein-Leventhal (SOPK), est un déséquilibre hormonal dû à un manque d’ovulation. Donc, votre taux d’œstrogène, de progestérone et de testostérone est altéré. « On voit de plus en plus de cas de ce syndrome, même si c’est à des degrés divers, constate le Dr Dweck. Il peut conduire à un arrêt total des règles ou à une irrégularité des cycles. Parmi les autres symptômes, il y a la pousse de poils sur le visage et la poitrine, la difficulté à perdre du poids et les problèmes de fertilité. »

La maladie cœliaque
« La maladie cœliaque est très présente dans les esprits aujourd’hui, déclare le Dr Dweck, évoquant cette maladie qui se caractérise par une intolérance au gluten. Mais toute maladie chronique qui n’est ni diagnostiquée ni traitée peut constituer un stress pour votre organisme et provoquer un retard de vos règles. »

Votre moyen de contraception
L’absence de règles peut être un effet secondaire de votre contraceptif. « Certaines pilules faiblement dosées provoquent une absence de menstruations, ce qui ne présente aucun danger, explique le Dr Dweck. La même chose peut se produire avec des stérilets, un implant ou des injections. Vos règles peuvent mettre du temps à se rétablir après l’arrêt de votre méthode de contraception, mais elles reviennent généralement sans problème après quelques mois.

Une ménopause précoce
Quand une femme  de moins de 40 ans souffre d’une baisse d’hormones de manière significative, elle peut avoir une ménopause précoce, autrement dit, une insuffisance ovarienne précoce, affirme Alyssa Dweck. « Outre l’arrêt des règles, les symptômes sont des bouffées de chaleur, des suées nocturnes et une sécheresse vaginale. C’est un phénomène assez peu répandu, donc il est inutile de vous inquiéter. »

source:santeplusmag

Publicités